Kaï-Chun Chang



Work


PAINTING
- My Mirror, Your Window

- Distant Lights Repeat on Mind
- Passage

PAPER WORKS
- Closed Eyes to See I
- Closed Eyes to See II
- Closed Eyes to See III

IMAGES
- Schema
- Gleams

COLLAGE
- Flux
- When Words Don’t Cross Anymore

News & Archives


Essays & Reviews


Books


Biography



Kai-Chun Chang is a Taiwanese artist based in Paris. His works span different media such as painting, collage and photography. His creation focusses primarily on the representation of light and space, and their subtle pictural relationship. 


In his paintings, with repeated crossovers formed by slow and gentle gestures, the diluted paint accumulates and embodies the different spectra of light.


 Working on the notion of screen, primary and refined forms appear in his works as pictorial spaces, whether they are epidermal and deep or floating and luminous. These forms are places that invoke fragments of memory and pure sensations. They appear as quiet interior landscapes who invite for contemplation.


Article & Revues 



Cat. Félicita, 2018 (fr)

texte : Anne Lou-Vicente



« De toute évidence, l’on pourrait dire de la peinture de Kai-Chun Chang qu’elle fait écran. Alors qu’elle semble figurer quelque chose que l’on croirait vide ou absent, elle fait en réalité palpiter l’œil et diffuse une lumière traversant autant l’espace que le temps dans leur épaisseur stratifiée. Quand fondent les images et les mots, air, couleur et lumière prennent le dessus, offrant, par un profond travail sur la surface et ce qu’elle contient, une picturalité abstraite qui persiste et fait advenir une matérialité qui occulte ou laisse transparaître, miroiter, (a)percevoir, dans une douce et vague vibration optique. Un exercice tout en nuances où s’interposent des surfaces de séparation à travers lesquelles filtre un regard tantôt absorbé, tantôt absent. « Mon miroir, ta fenêtre ». Je est-il un autre ? Bercée par un va-et-vient constant entre intérieur et extérieur, surface et profondeur, proche et lointain, opacité et transparence, la (con)fusion apparaît, et avec elle, une certaine métaphysique « picturaliste » dans ou au bord de laquelle se tiennent l’œil et l’esprit. »